Février 2024

Histoire de transition

Le Groupe allemand EnBW gère des infrastructures énergétiques critiques depuis des décennies, à commencer par des centrales électriques. La proportion d’électricité produite au charbon était particulièrement élevée. Aujourd’hui, cette proportion ressort à 16% du chiffre d’affaires, ce qui la rend inéligible à tous les investisseurs qui suivent la « Coal Exit list » de l’ONG Urgewald.

Pourtant, il nous semble que ce groupe est intéressant à suivre en tant qu’investisseur obligataire dans une perspective de transition pour les raisons suivantes.

  • La contribution à la transition énergétique est avérée, à travers une sortie totale du charbon prévue à l’horizon 2028, "dans la mesure où les conditions générales fixées par le gouvernement fédéral le permettent". L’Allemagne est un pays où les énergies fossiles, et notamment le charbon, sont bien plus utilisées qu’en France. L’Allemagne est ainsi un pays à « fort enjeu carbone » et EnBW est au cœur de la substitution d’énergies fossiles par la création de nouvelles capacités et par des investissements majeurs dans l’adaptation indispensable des infrastructures historiques.
  • Il est possible, en n’investissant que dans des obligations vertes, de ne financer que les projets liés à la décarbonation de la société, notamment le déploiement de projets d’énergie renouvelable. Le choix est large puisque, si on observe les émissions obligataires du groupe, on note que 9 sur 11 sont des obligations vertes donc répondant aux critères de l’ISMA sur la nature durable des projets sous-jacents.

Et cette décarbonation se voit, par exemple, dans le dernier rapport trimestriel Q3/23 (celui de l’année 2023 ne sera disponible que le 27 mars 2024).

“As a result of current developments especially in the Sustainable Generation Infrastructure segment, the adjusted EBITDA for the EnBW Group in 2023 will be higher than the forecasted range presented in the 2022 Group management report of between €4.7 and €5.2 billion and we anticipate that it will now be between €5.9 and €6.5 billion”.

Si EnBW décidait de vendre une partie de ses activités charbon en les bradant rapidement, elle deviendrait éligible à Urgewald, mais l’impact sur la décarbonation en Allemagne serait nul.

  • Pour toutes ces raisons, nous pensons utiles d’évaluer l’opportunité d’investir dans des green bonds de sociétés qui s’engagent à sortir du charbon (et donc à ne pas y réinvestir !), même si cette activité demeure trop importante encore aujourd’hui. En revanche, cela demande bien évidemment un suivi pour s’assurer que la sortie est effective.

"Transitionner, oui, mais à quelle vitesse ?"

Les scientifiques sont formels sur la transition : aujourd’hui, le scénario 1,5 degrés est presque hors de portée, il faudrait pour cela réduire les émissions de CO2 de manière très rapide et très conséquente partout. Le monde est en retard et il faut accélérer. On ne compte plus les plaidoyers des ONG et activistes sur le sujet, qui déplorent la lenteur des décisions des décideurs politiques et économiques.

Lire plus

Les News à retenir !

France, rapport du Haut Conseil pour le Climat HCC sur l’agriculture Pour rappel, le HCC est chargé d’évaluer les politiques climatiques en France. Le rapport montre que, si le secteur est en ligne avec ses objectifs de décarbonation, le plus dur reste à faire, ce qui nécessite une planification de long terme pour transformer notre agriculture en profondeur.

Lire plus

275 GtCO2

Il s’agit du budget carbone restant à partir de 2024 pour ne pas dépasser 1,5°C de réchauffement.

Lire plus

Evolution des marchés en 2023

En 2023 les marchés actions ont été très porteurs avec un MSCI USA ($) à +26,5% et MSCI Europe (€) à +15,8%. Les valeurs de croissance après une année 2022 compliquée, ont fortement rebondi aux US comme en atteste .../...

Lire plus

Les biocarburants dans l’aviation, solution ou illusion ?

En 2022, l’aviation représentait 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Si le secteur a mis du temps à se relever de la crise du Covid-19, les prévisions de 2024 montrent une dynamique comparable à celle de 2019.

Lire plus

Evolution des ppm

Entre 1850 et 2023, la concentration de CO2 dans l’atmosphère est passée de 285 ppm (parties par million) à 416 ppm

Lire plus

Voir d’autres rubriques

Décembre 2023

Histoires de transition

La COP28 qui s’ouvre à Dubaï est un moment judicieux pour afficher des ambitions fortes.

En savoir +

Novembre 2023

Loxam

Loxam est une société française de location de matériels,

En savoir +

Octobre 2023

Histoires de transition

Après les transports, le secteur le plus émetteur de gaz à effets de serre (GES) en France est le bâtiment (construction mais aussi exploitation des immeubles) atteignant 30% .

En savoir +